Vos avis !

 

Murène (Valentine Goby)

note: 4Un roman saisissant Laetitia - 3 avril 2020

Nous suivons un jeune homme de 22 ans à qui l'avenir est radieux dans le Paris des années 50. Puis tout bascule,, un accident, et il perd ses membres supérieurs. C'est l'histoire lente de sa reconstruction physique, et psychique à travers son regard et celui des êtres chers qui l'accompagnent. Pas de pathos, pas de voyeurisme, juste une description minutieuse de chaque victoire ou défaite de François avec son corps. Il lutte, il invente cette nouvelle vie jusqu'à une découverte qui le transformera : la natation. Et là il est question de l'évolution du handi-sport dans la France de l'après-guerre où les fédérations se constituent jusqu'au 1er jeux paralympiques de Tokyo en 1964. Un roman saisissant donc par la justesse des mots, des situations et des émotions. L'écriture est ciselée, rythmée. Je ne connaissais pas l'auteure, cela m'a donné envie de lire ses autres romans.

L'île des absents (Caroline Eriksson)

note: 4L'ile aux absents Agnès - 27 février 2020

Le Cauchemar... Quel drôle de non pour un lac ! Avec un nom pareil les touristes ne doivent pas affluer !
Pourtant c'est la que Greta, Alex et Smilla vont partir ! Une famille ? Rien est moins sur !
Un drame va faire tout chavirer, car Alex et Smilla vont disparaître !
Nous allons donc suivre Greta qui va tout faire pour les retrouver. Elle va parcourir l'îlot de long en large, pour finir par aller au commissariat et là on apprend une sacrée nouvelle !
Greta est elle dépressive ? Folle ? Aurait elle commis l'irréparable ?
C'est un thriller psychologique bien sympathique ! J'ai beaucoup aimé suivre cette femme, les tourments de sa vie passé et de sa vie présente.
Des trahisons, des secrets... Tout est là pour passer un bon moment, ce poser des questions et les révélations arrive à quelques pages de la fin. Ce qui fait que tout s'éclaire qu'au bout et ça c'est génial car en attendant toute solution est possible !
Un très bon premier livre, une auteure que je vais donc suivre !

Mur Méditerranée (Louis-Philippe Dalembert)

note: 5Une merveille Emilie - 11 février 2020

Mur Méditerranée est l'Odyssée moderne de migrants tous à la recherche d'un ailleurs, en fuite d'une guerre, du changement climatique, de difficultés économiques. L'Europe est au-delà de la mer Méditerranée, cette vaste étendue qu'ils vont devoir traverser au péril de leur vie et après de nombreux mois à traverser les frontières de pays africains jusqu'en Libye, terre de leur départ mais aussi commencement des pires atrocités vécues durant leur périple. Il y a Chochana qui fuit le Nigeria et ses terribles sécheresses, Semhar jeune érythréene désertant le service militaire obligatoire, Dima et sa famille fuyant la guerre syrienne et de nombreux autres personnages tant il s'agit ici d'une galerie de portraits humains, attachants ou pas (passeurs, esclavagistes modernes, racistes...).

L'écriture, intense et dense nous plonge dans la vie de ses réfugiés, comme si l'on était à leur côté. Leurs histoires sont contées de manière hyper réaliste avec une écriture très fine et des plus sublimes que j'ai pu découvrir dans ma vie. Ce roman pourrait servir de base à un documentaire filmé ou une adaptation cinématographique, il appelle tellement d'images et de réalité mêlées à la fiction, inspirée d'ailleurs d'une histoire vraie.

Vous l'aurez compris, voici un grand coup de coeur et un livre qui m'a sincèrement touchée d'un auteur dont je vais m'empresser de découvrir d'autres écrits.

Sauf (Hervé Commère)

note: 5SAUF Agnès - 11 février 2020

Une intrigue développée avec une telle virtuosité et avec une si belle humanité, qu'il y a de quoi rester sans voix. Auteur que je découvre avec un immense plaisir

Crevettes pailletées (Les) (Maxime Govare)

note: 5CREVETTES PAILLETEES Agnès - 11 février 2020

MAGNIFIQUE FILM EMOUVANT ET SENSIBLE

Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous (Nathalie Stragier)

note: 5Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous Laudine - 25 janvier 2020

Ce livre est super mais il est un peu gros et la fin est trop brusque !

Abigaël (Magda Szabó)

note: 5Roman hongrois ! Emilie - 23 janvier 2020

Gros coup de coeur pour ce roman prenant racine durant la seconde guerre mondiale à la veille de l'envahissement de la Hongrie par les troupes nazies. Gina est une jeune adolescente, fille d'un militaire haut placé qui décide du jour au lendemain de la faire intégrer dans une école religieuse très stricte et autoritaire car pour une raison obscure il ne peut plus l'assumer. Ils en sont tout deux bouleversés car chacun est le centre du monde de l'autre. Gina a du mal à prendre ses marques dans cet établissement loin de la capitale Budapest. Ses camarades la rejette, elle dont tant de questions la tourmentent.

Quelle écriture ! Une merveille de poésie, d'ambiance où le lecteur se sent de suite transporté sur place durant cette période noire de l'histoire, accompagnant Gina dans ses premiers pas en dehors de ses habitudes à la capitale et chez elle. Il y a de la féerie dans ce roman de part la statue d'Abigael réalisatrice de nombreux miracles et des décors gothiques s'il en faut.

Une merveille de roman et une belle découverte d'une auteure dont je n'avais lu jusqu'à présent aucune oeuvre !

Vilaine (Constance Briscoe)

note: 5VILAINE Liliane - 23 janvier 2020

Eh, bien oui malheureusement cela existe, et il est bon de le savoir.
Merci pour se livre et se témoignage, qui a pu démontrer à votre mère (si l’on peut appeler cela une mère), Le courage et la volonté de lui mettre sous le nez, l’erreur qu’elle a fait de vous sous-estimer. J’espère qu’elle souffre, à son tour.
Bravo à la petite fille que vous étiez, d’avoir eue la force et le courage de se battre, contre cette femme indescriptible. C'est une histoire poignante !! Les faits, les paroles, les actes me semble tellement irréel qu'on pourrait croire que c'est inventé (mais ça ne l'est pas). Toutes ces années de souffrance et de maltraitance, devoir se débrouiller si jeune toute seul. J'étais vraiment prise dans l’histoire, et en colère contre tout ça, contre ses parents et ses frères et sœurs. Devoir subir de telles choses mon complètement révolté. Je suis un peu déçu qu'on en sache pas plus à la fin sur sa vie de femme. Sa laisse place à l'imagination ...

Baiser féroce (Roberto Saviano)

note: 4La suite de Piranhas Emilie - 7 janvier 2020

L'histoire de Nicolas et de sa paranza se poursuit ici après le premier tome "Piranhas". Toujours autant de sang, de haine, d'argent, et même de guerre entre les différents quartiers aux mains des uns ou des autres selon de petits arrangements et des accords plus ou moins scellés. Qu'on se le dise Nicolas est détestable et peut-être même encore plus dans ce deuxième tome, il ose tout pourvu que cela serve ses intérêts : braquer un pistolet sur un bébé, tuer des amis proches au sein de sa paranza, tuer des rivaux au milieu de son chemin et du territoire qu'il a décidé de faire sien : Naples.

Il n'est pas aisé de se retrouver au milieu de ce foisonnement de personnages, cela n'entache pas la lecture, quoiqu'un glossaire des personnages et de leur lien aurait été apprécié et aurait pu servir à plus d'un lecteur : moi la première.
L'écriture est virtuose, l'auteur manie les mots et les chapitres au même rythme que la paranza : sans foi ni loi, comme si demain n'existait pas. La fureur de vivre de ces jeunes napolitains est ainsi parfaitement retranscrise.

Alors certes on pourrait faire un reproche à Roberto Saviano : celui de n'écrire que sur Naples et ses dérives mais et alors ? Il le fait parfaitement bien et comme peu d'autres auteurs ont su le faire sur cette ville et sur d'autres d'ailleurs.

Le kama-sutra des demoiselles (Marc Giraud)

note: 5Notre terre est vivante et sans elle nous le seront plus ! Michel - 2 janvier 2020

Il est bon de savoir et de reconnaitre nos erreurs, En se préoccupant de notre terre chéri dont on détruit que pour les bénéfices financiers et non pour ce qu’elle nous apporte LA VIE! Vivement le retour à notre terre et LE CHANGEMENT de nos PRIORITÉS…… On se dit Adulte Boff !! On est loin de l’etre et il s’écoulera longtemps pour que le monde change, dommage parce que la vie est belle que si la nature revient et qu’on la préserve comme on préserve des richesses qui sont loin de celle-ci. Ayons de bon réflexe à notre niveau, on peut changer et redonner de la beauté, ne jetons plus nous avons des déchetteries à eux ensuite de faire le reste. Soyons ferme et apprenons à nos enfants à respecter et aimer ce qui nous entoure.

La vie secrète des animaux (Peter Wohlleben)

note: 5Un retour aux sources de la vie, la trilogie de cette ecrivain est Fabuleuse et nous force a réfléch Michel - 2 janvier 2020

La vie secrète des animaux
La vie secrète des animaux
Un ouvrage splendide qui vient compléter la vie secrète des arbres. Absolument admirable ! Offert et conseillé a beaucoup de mon entourage, faites en autant.

L'île aux enfants (Ariane Bois)

note: 4Basé sur une histoire vraie Claire - 3 décembre 2019

Grâce à ce livre j'ai appris l'histoire vraie de l'enlèvement d'enfants de La Réunion, sous le visa du gouvernement de l'époque, au prétexte de repeupler le sud de la France métropolitaine et de la sauver de la pauvreté sur leur île.

La vie secrète des arbres (Peter Wohlleben)

note: 5La vie secrete des arbres Liliane - 23 novembre 2019

Une belle découverte que cette vie secrète des arbres. On ne peut plus regarder la forêt comme avant après avoir lu se livre.
Ce devrait etre OBLIGATOIRE à l’école, d’apprendre ce genre de chose. Car il ne faut pas oublier que c’est grâce à elle que nous vivons.
Ouvrir les yeux sur la nature que notre espèce (humaine) s'acharne à détruire. Savoir que la nature a aussi une âme qui nous invite à l'aimer, la respecter & la chérir, la remercier de tout ce qu’elle nous apporte est le moins que l’on puisse faire.
Énorme travail de l'auteur dans l'observation et la vérification de l'existence de la vie des arbres et des végétaux en général. Livre passionnant et d'un grand intérêt pour l'écologie. Je vais me le faire offrir par respect pour l'auteur et pour aussi l'intérêt que je lui porte. Tout simplement Bravos et merci de nous réchauffer le cœur avec de tel ouvrage.

Un bref désir d'éternité (Didier Le Pêcheur)

note: 4Paris fin du XIXème siècle Emilie - 20 novembre 2019

Nous sommes à Paris en 1892, Jules, jeune
garçon de café participe à l'arrestation du célèbre anarchiste Ravachol et sa vie s'en trouve chamboulée. Il devient l'ennemi public numéro un des anarchistes de la capitale et décide alors d'intégrer la police en vue de se protéger légalement.
Zélie, jeune fille, vit avec son père l'obligeant à aller à l'école, or elle sèche et découvre Paris et ses quartiers, les troquets, la prostitution... Son père l'envoie en maison de correction chez les bonnes sœurs, elle s'enfuit puis rencontre dans sa cavale Jules qui ne cessera alors de l'aimer, l'épier, provoquer les rencontres fortuites.

L'écriture et le scénario sont très cinématographiques peut-être parce que l'auteur est lui-même réalisateur et scénariste. Les décors sont magnifiquement plantés, les personnages très développés et dignes d'intérêt. Les chapitres défilent facilement tant l'histoire est prenante et dense. Il se passe toujours quelque chose dans le Paris des bas-fonds et des policiers.

Belle découverte que ce roman dont à priori de prime abord la couverture ne me faisait pas rêver !

My absolute darling (Gabriel Tallent)

note: 3Montagnes californiennes Emilie - 15 novembre 2019

Ce roman est l'histoire de Turtle, jeune adolescente vivant dans une maison au milieu de la forêt californienne avec son père, cet homme navrant d'inhumanité, abusant de sa fille sexuellement et psychologiquement. Son grand-père vit dans une cabane à côté de leur maison avec son chien. Turtle leur rend souvent visite, ils jouent aux cartes, discutent et le grand-père se doute que son fils est ravagé et qu'il n'élève pas correctement sa fille. Turtle va au fil du récit et surtout grâce à sa rencontre avec Jacob, un lycéen puis avec sa prof Anna s'élever, gagner en assurance et se rendre compte qu'elle ne peut plus être un jouet aux mains de son père.

Le personnage de Turtle est fascinant. C'est une battante, elle ne baisse jamais les bras. L'espoir est toujours à ses côtés même si elle ne s'en rend pas compte. Turtle est un sacré bout d'adolescente que personne vraiment ne sait comment aider et pourtant son entourage (hormis son père évidemment) parviendra à la guider inconsciemment vers sa vie, sa renaissance et la lumière.
Les scènes de violence physique et sexuelle du père envers sa fille sont cinglantes et percutantes mais heureusement traitées brièvement par l'auteur sans détail particulier si ce n'est l'oppression que Turtle ressent à chaque fois...

Une découverte plaisante de ce roman, mais pas aussi détonante qu'aurait pu le laisser présager ses nombreuses critiques élogieuses.

La liste de mes envies (Grégoire Delacourt)

note: 5La liste de mes envies. Michel - 12 novembre 2019

L'écriture est certes simple, le style commun, mais l'histoire est une réelle leçon de vie. On ne peut que se mettre à la place du personnage principal, se poser les mêmes questions. Ce livre nous fait longtemps réfléchir, même une fois terminé! J'lai lu en 1h30,.parce qu'on a du mal à le lâcher.- excellent. Une histoire qui nous renvoie à la vraie vie. L'auteur a su habilement se glisser dans la peau d'une femme. Un excellent moment de lecture à conseiller assurément !

Gunnm n° 1 (Yukito Kishiro)

note: 4Un bijou. Clément - 9 novembre 2019

Une référence absolu du manga cyberpunk. Poétique, complexe et philosophique à la fois, ce manga nous mène dans un univers futuriste apocalyptique cruel mais non dénué de beauté.
Je le recommande chaudement à tout les amateurs de manga !

La dernière chasse (Jean-Christophe Grangé)

note: 5LA DERNIERE CHASSE Agnès - 23 octobre 2019

Quel suspense jusqu'à la dernière page.... Âme sensible ou insomnie roman à éviter...

Une évidence (Agnès Martin-Lugand)

note: 5une évidence Agnès - 21 octobre 2019

Auteur que je viens de découvrir, roman que j'ai adoré par son charme de lecture tellement c'est super bien écrit et reposant et surtout on est vite imprégné de l'ambiance vécu dans ce roman.... A lire absolument.... et je vais lire les autres

Tu verras maman, tu seras bien (Jean Arcelin)

note: 5TU VERRAS MAMAN TU SERAS BIEN Patricia - 18 octobre 2019

C'est vraiment du vécu... C'est beau, c'est fort, c'est dur... mais tellement réaliste... Il faudrait que l'on se penche vraiment sur le devenir des personnes âgées...

Ce qu'on peut lire dans l'air (Dinaw Mengestu)

note: 4Belle découverte ! Emilie - 11 octobre 2019

Jonas, jeune américain d'origine éthiopienne retrace la vie de ses parents, immigrés éthiopiens, telle qu'elle fût à l'arrivée de sa mère rejoignant son mari aux États-unis et ceci essentiellement par le prisme de leur voyage de noces vers Nashville, capitale de la musique country dont le père est adepte. Jonas nous apprend qu'il est marié mais que son union avec Angela sa femme est au point mort. Il fait parfois allusion à son enfance au milieu d'un père violent envers sa femme, donc sa mère.

L'écriture est fluide, pourtant j'ai eu parfois du mal à me situer par rapport au temps : situation présente ou passée. L'attachement au personnage principal Jonas a été aisé car il se dépeint avec de nombreux côtés positifs : loyal et érudit, curieux de son histoire familiale et faisant le maximum pour sauver son couple. Tous ses souvenirs restent approximatifs et vagues qu'ils soient d'un proche ou lointain passé.

Cette lecture fût plaisante mais malheureusement le récit est trop décousu pour être apprécié plus profondément.
Ma curiosité me poussera tout de même à lire d'autres romans de cet auteur !

Conversation en Sicile (Elio Vittorini)

note: 3Littérature sicilienne Emilie - 11 octobre 2019

Silvestro est un curieux personnage, homme trentenaire vivant dans le Nord de l'Italie et recevant un jour une lettre de son père qui l'encourage à aller rendre visite à sa mère, de qui il est séparée, pour sa fête deux jours plus tard. Sur un coup de tête il achète le premier billet de train d'une longue liste qui l'emmènera aux confins de la Sicile à la rencontre de sa mère qu'il n'a plus vue depuis quinze ans.

Parfois pièce de théâtre, parfois récit poétique, parfois roman. Cette oeuvre mélange définitivement les genres et offre à nous faire découvrir une Italie ravagée de pauvreté, noyée sous le travail asservissant qui ne rapporte rien si ce n'est à peine de quoi nourrir sa famille.
Pour être franche, l'ennui a prévalu au cours de cette lecture très rapide pourtant. Je n'ai pas été touché ni par le personnage ni par le style d'écriture.

Dommage.

Blindspotting (Carlos Lopez Estrada)

note: 5slam et gentrification, un voyage au pays des américains pauvres Laure - 26 septembre 2019

Film très original sur la gentrification d'Oakland, ville de Californie.
Les héros sont très attachants, la violence jamais gratuite, les acteurs excellents.
Ce projet, écrit par les deux acteurs principaux, des rappeurs, a mis 10 ans à voir le jour. L'utilisation de "la belle langue", sorte de duels slammés dans la rue, et qui constitue une composante de l'identité des habitants des quartiers défavorisés dont sont issus les personnages, va crescendo tout au long du film pour terminer en apothéose dans une scène folle à la fin du film. Vous resterez scotchés à votre canapé en espérant que tout se termine bien pour nos héros.
Comme quoi, le monde du rap, ce n'est pas juste des gros flingues et des filles à gros seins qui remuent leurs fessiers.
A regarder en VO impérativement pour ne rien rater des dialogues!!!

Luca (Franck Thilliez)

note: 5LUCA Agnès - 24 septembre 2019

Peut-être aurez-vous du mal à me croire, mais avec Luca il va encore plus loin et frappe encore plus fort. A en devenir béat d'admiration. Âmes sensibles s'abstenir....

Ces grands-mères qui savent tout (Gabrielle Adam)

note: 5CES GRANDS MERES QUI SAVENT TOUT Agnès - 24 septembre 2019

Voici un roman que j’étais très curieuse de découvrir et dans lequel je me suis plongée sans être capable de m’arrêter. Voici un roman dont l’intrigue est peut-être peu originale mais qui nous propose des personnages si beaux et si attachants que cette humanité devient très vite ce qui compte le plus, notamment dans cette intergénération qui nous rappelle notre amour pour nos grands-parents.

Les pêcheurs (Chigozie Obioma)

note: 5Découverte du Nigeria ! Emilie - 20 septembre 2019

"Les pêcheurs" est le surnom de cette fratrie dont quatre frères braveront l'interdit d'aller pêcher au bord de l'Omi-Ala, fleuve sacré mais maudit. Et pour cause personne n'ose s'en approcher sauf ces jeunes garçons et Abulu, le fou de ce petit village nigerian qui prédira l'assassinat de l'aîné Ikenna par l'un de ses frères et finira par les rendre paranoïaques, inconscients et totalement obnubilés par le présage d'Abulu. La vie de famille s'en trouvera bouleversée et vacillante d'autant plus que le père est muté à des centaines de kilomètres et qu'il ne rentrera qu'occasionnellement constater les dégâts.

Une écriture toute en finesse où le lecteur se retrouve plongé dans l'histoire de cette famille nigériane dans un pays souvent au bord du gouffre et où le contexte politique est abordé sans lourdeur aucune. le narrateur Benjamin, un des jeunes frères est attachant et l'on comprend que ce récit est écrit des années après et relate essentiellement de l'influence que ses frères ont pu avoir sur sa destinée.

Une très belle découverte m'ayant étonnamment rappelé "L'amie prodigieuse" d'Elena Ferrante dans un contexte pourtant totalement différent.

Piranhas (Roberto Saviano)

note: 4Naples des bas-fonds ! Emilie - 20 septembre 2019

Nicolas, personnage principal est le chef de sa paranza : une bande d'ados immatures, trempant dans un tas d'histoires et deals mafieux au coeur d'une Naples gangrenée de violence. Leur but est d'atteindre le sommet coûte que coûte quitte à tuer et humilier les plus jeunes, les plus vieux : ces derniers étant eux eux-mêmes de gros poissons faisant leur propre loi en semant la terreur et l'intimidation.

Qu'on se le dise, Nicolas n'est pas un personnage attachant, il est même complètement antipathique et pourtant le lecteur se retrouve happé au fil des chapitres sans trop savoir pourquoi et à condition de faire l'impasse sur la mémorisation de chaque personnage tant ils sont nombreux et tentaculaires.

La lecture de ce roman fût durant les cent premières pages laborieuse puis finalement j'ai lâché prise avec l'envie de connaitre la suite et tenter de comprendre un minimum le comportement de ces jeunes dans un environnement fatal où tu marches ou tu crèves.

La solitude du docteur March (Geraldine Brooks)

note: 4Le père de ... Claire - 19 septembre 2019

Rencontre avec le père des 4 filles bien connues, son histoire avec leurs naissances ; récit des noirs américains victimes ou non de la Guerre de Sécession

Jamais assez maigre (Victoire Maçon Dauxerre)

note: 4Incontournable Claire - 19 septembre 2019

L'histoire vraie d'une jeune fille qui rentre dans les spirales infernales des diktats de la mode

Les pantoufles du samouraï (Patrick Cauvin)

note: 2Ne vous fiez pas à la couverture Claire - 3 septembre 2019

J'ai tenté un "Patrick Cauvin" et n'ai pas accroché.
Un vieux monsieur raconte sa vie de tous les jours avec des rencontres parfois farfelues

La guerre des pauvres (Éric Vuillard)

note: 3Découverte Emilie - 31 août 2019

Thomas Müntzer est la figure principale de ce court récit d'une soixantaine de pages où sont évoquées de nombreuses révoltes du Moyen-Âge en Allemagne puis au Royaume-Uni. Ces soulèvements sont comme autant de trainées de poudre instiguées par Müntzer et qui changeront à jamais l'histoire européenne, même si oubliés de nos jours.

L'écriture virtuose de ces quelques pages de faits historiques mêlés à de la fiction ou à des légendes urbaines est très fluide et le langage soutenu, donc très agréable dans sa lecture.
Les chapitres sont courts, comme autant de révoltes fugaces mais impressionnantes de sens et de vérité.

A la fin de cette lecture, j'en sors ravie, même s'il me semble être passée à côté d'une lecture plus précise et pointilleuse, mes connaissances sur les révoltes du Moyen-Âge et la guerre idéologique catholiques-protestants étant inexistantes.

La cote 400 (Sophie Divry)

note: 2Plaisant mais sans plus Emilie - 31 août 2019

Une bibliothèque quelque part en province et une de ses employées affectée au sous-sol de cette dernière au rayon géographie. Un homme est retrouvé endormi sur un des canapés de cette autre sombre au petit matin par la professionnel des lieux. Commence alors un long monologue au cours duquel la bibliothécaire nous apprend le système de classification de Dewey, nous fait part de ses a priori sur la vie et notamment l'amour tout en brossant son portrait : celui d'une femme célibataire, aigrie des sentiments amoureux et des relations humaines, enracinée dans son travail et terriblement seule par volonté ou par la force des choses.

Le livre est très court et pourrait constituer plutôt une nouvelle. Il se lit d'une traite car en tant que monologue il est difficile de s'arrêter au milieu et de reprendre le rythme. L'écriture n'est pas extraordinaire même si sa forme est des plus originale : un seul chapitre et pas de paragraphe à proprement parler.

En somme : une lecture plaisante mais dont je ne retire rien de particulier et pérenne.

Le retour (Dulce Maria Cardoso)

note: 5Magnifique ! Emilie - 29 août 2019

Dernier coup de coeur en date !

Rui, jeune adolescent d'origine portugaise mais ayant toujours vécu en Angola est à la veille de l'indépendance de son pays contraint avec sa famille de s'exiler en métropole, donc au Portugal. Nous sommes en 1975 et l'Angola est à feu et à sang, de violents affrontements surviennent, les noirs s'en prennent aux blancs et c'est ainsi que son père est arrêté manu militari devant ses yeux car considéré comme étant le "boucher de Grafanil". Rui prend donc la tête de la famille. Avec sa soeur et sa mère ils embarquent à bord du premier vol vers Lisbonne où ils séjourneront de longs mois dans un hôtel 5 étoiles avec d'autres rapatriés.

Rui est un jeune garçon très mâture qui découvre les joies mais aussi les affres de l'adolescence, ballotté entre deux pays. Son personnage est très attachant car il est le narrateur unique et principal de ce roman. Il se bat pour mener la barque familiale étant l'aîné et ayant une mère absente et dans son monde.
L'écriture à la première personne, presque parlée est très intéressante puis apporte à mon sens une vrai identité et singularité à l'auteure et à cette oeuvre.

Très belle lecture exotique sur un pan méconnu de l'histoire !

De l'influence de David Bowie sur la destinée des jeunes filles (Jean-Michel Guenassia)

note: 5Coloré ! Emilie - 23 août 2019

Paul ou l'insouciance de la jeunesse. Tout paraît léger dans sa vie, comme dans un rêve édulcoré et ce même pour les choses négatives. Bientôt majeur, il tombe amoureux d'Hilda puis de Caroline, puis Mélanie et enfin Yamina. Fier androgyne qui n'aime que les femmes et qui se joue de ces deux facettes féminine et masculine selon ses besoins. Il vit avec ses deux mères, biologique Lena, tatoueuse professionnelle, et adoptive Stella qui a son propre restaurant. Cette famille forme une belle équipée des plus originales malgré beaucoup de non dits que l'on découvre au fil de la lecture.

L'écriture est pétillante et très fluide. La lecture est donc légère et positive malgré le thème et les sujets abordés : la tolérance et l'acceptation, la vie de famille et ses secrets. Les chapitres défilent tranquillement et délicieusement comme une belle mélodie, d'ailleurs la musique est aussi au cœur de cette œuvre.

Un magnifique coup de coeur pour le premier roman que je lis de cet auteur !

Homo sapienne (Niviaq Korneliussen)

note: 4Groenland, original ! Emilie - 19 août 2019

Première lecture groenlandaise d'une jeune auteure née en 1990 et des plus prometteuses. Homo Sapienne c'est l'histoire de cinq jeunes qui se cherchent, se séparent, se trouvent, se lient, s'oublient, font la fête, expérimentent. le récit est découpé en cinq chapitres chacun portant sur un protagoniste qui raconte son vécu présent ainsi que ses états d'âmes et émotions. Il y a Fia qui se découvre lesbienne, Inuk son frère qui aime les hommes, Arnaq qui est quant à elle bi, et pour finir Ivik qui se sent au fond d'elle homme tentant de sauver sa relation avec Sara sa petite amie lesbienne, dernière protagoniste.

L'écriture est originale car complètement différente selon le chapitre et donc le personnage. le lecteur cerne donc très bien les personnalités et les caractéristiques de chacun de ces cinq héros ordinaires, héros car ils combattent la vie et leurs déboires avec énormément d'énergie et d'espoir malgré une noirceur ambiante : celle du Groenland tiraillé entre l'envie de s'ouvrir au monde et l'omniprésence de la culture danoise écrasant beaucoup sur son passage.

Ce roman est universel et continuera à toucher d'autres lecteurs en attendant le prochain roman de Niviak Korneliussen. Attention ici l'imaginaire collectif et les clichés sur ce pays sont absents et laissent place au concret de la jeunesse groenlandaise. A noter mon coup de coeur pour le personnage de Sara !

Tropique de la violence (Nathacha Appanah)

note: 3Exotique Emilie - 19 août 2019

Mayotte, une petite île française de l'océan indien absente de la littérature et méconnue de notre vie en métropole.
Marie, jeune infirmière métropolitaine de 28 ans débarque à Mayotte avec son mari Chamsidine d'origine Mahoraise. Un soir, quelques temps après sa rupture conjugal d'avoir voulu un enfant tardant à venir, une jeune rescapée d'un kwassa kwassa lui confie son fils Moïse sous prétexte qu'il serait habité par un djinn comme en témoigne ses yeux vairons (un oeil marron et un oeil vert). Moïse devient son fils, celui qui rencontrera la route de Bruce, chef de gang dans le bidonville de Gaza à la périphérie de Mamoudzou et sera persécuté et violé par ce dernier. En découlera son geste de désespoir, celui de tuer Bruce par arme à feu et ainsi abréger les souffrances infligées par cette fréquentation.

Le récit est déroulé sous forme de courts chapitres, chacun relatant le point de vue d'un protagoniste en particulier, mais aussi son ressenti, ses émotions et sa vision de Mayotte. Ce roman se lit facilement et agréablement mais j'aurai aimé une histoire plus développée avec des traits de caractères plus affirmés pour chaque personnage. Ici, je suis restée sur ma faim comme s'il manquait quelque chose pour vraiment apprécier cette lecture, dommage au vu des prix remportés et des critiques dithyrambiques.

Ceci dit, ce roman a le mérite d'avoir pour lieu d'action Mayotte et cela peut en justifier à lui seul la lecture.

Joséphine Baker (José-Louis Bocquet)

note: 4Extraordinaire Joséphine Isa33 - 13 août 2019

Une biographie qui complète les autres. Mais cette fois illustrée ! Les traits de Joséphine Baker sont particulièrement expressifs sous la plume de cet illustrateur. Pour la biographie, en soi, on ne peut se satisfaire d'une vision parcellaire de cette femme si extraordinaire.

Alto Braco (Vanessa Bamberger)

note: 4Belle découverte ! Emilie - 3 août 2019

Brune a vécu toute son enfance chez sa grand-mère Douce et sa grand-tante Granita, deux soeurs inséparables originaires de l'Aubrac et plus précisément de sa partie aveyronnaise. Puis Douce décède des suites d'alzheimer dans sa maison de retraite et sa petite-fille décide de la faire inhumer dans le village de son enfance en Aveyron. C'est ainsi que Brune et Granita retourne sur leur terre d'origine et que l'on découvre ce bout du monde, ses paysans, ses éleveurs dont certains très peu soucieux du bien-être animal... et c'est peu de le dire.

L'écriture est limpide et très agréable, on découvre beaucoup de secrets familiaux et de non-dits. le récit est passionnant, les chapitres défilent et il faut dire que ce cadre géographique est assez rare en littérature. le lecteur fait une belle découverte de personnalités mais aussi de lieux naturels attirants. Douce est un personnage étonnant et hauts en couleurs dont Brune ne cessera de découvrir alors même qu'elle pensait tout en savoir.

Belle découverte que ce roman !

La jeune fille et la nuit (Guillaume Musso)

note: 2Un campus sous la neige Claire - 30 juillet 2019

Quand le passé rattrape d'anciens élèves partageant un secret ; intéressant mais sans plus.
Je ne suis pas fan de M. MUSSO

Marcher droit, tourner en rond (Emmanuel Venet)

note: 3Lecture plaisante Emilie - 28 juillet 2019

Le narrateur, autiste asperger, a une vision différente des relations humaines qui le rend inapte à communiquer en toute bienséance, il ne cesse de commettre des bourdes. Lui s'identifie pourtant au surhomme nietzschéen, en tout modestie et assiste aux funérailles de sa grand-mère qui vient de mourir une semaine avant son centenaire. Il ne supporte pas l'hypocrisie des cérémonies funéraires car la personne défunte est systématiquement encensée quelque soit la réalité de ses actions et paroles passées. Il aime la même femme depuis l'adolescence mais cela n'est pas réciproque et est d'ailleurs soumis à une interdiction de l'approcher ou de la contacter. Le lecteur en apprend sur sa famille : chacun en prend pour son grade et pourtant il ne fait finalement allusion qu'à des faits réels.

L'écriture et le déroulement de ce livre sont construits sur un monologue, sans aucun dialogue ni chapitre et sur une unité de lieu : l'enterrement de sa grand-mère, et cela crée toute l'originalité de ce roman. Ce quadragénaire dépeint sa personnalité authentique et sans faux-semblants, le lecteur ne peut donc que ressentir de la compréhension voire de l'empathie pour cet homme même si parfois il se transforme en-tête à claques il faut tout de même bien le souligner.

En refermant ce livre j'ai conclu : lecture plaisante mais elle n'a pas réussi à me convaincre totalement et à graver cette lecture dans ma mémoire.

Votre commande a bien été expédiée (Nathalie Peyrebonne)

note: 1Très fade ! Emilie - 25 juillet 2019

Eugène, comptable englué dans sa routine à Saint Jean de Luz vient de commander une cocotte rouge pour mijoter de bons petits plats. Seulement quelques mois après il ne l'a toujours pas réceptionnée et se décide alors enfin à effectuer une réclamation en ligne. Élise gère son dossier jusqu'à la réception du dit graal et plus si affinités. C'est ainsi qu'Eugène qui se rêve botaniste apprend à connaître Lucia de son vrai prénom qui travaille dans un centre d'appels à Boulogne-sur-Mer.

Ce roman est court (220 pages) mais sa lecture est presque un parcours du combattant car il ne se passe rien d'exceptionnel si ce n'est que la vie d'Eugène et Lucia semble changer petit à petit. Et c'est tout : aucune attache aux personnages ni finalement d'empathie pour leurs situations. Tout cela aurait mérité plus de détails, de traits psychologiques voire de poésie. Ici l'écriture est facilement accessible, sans particularité. Le récit semble souvent indigeste avec une incursion dans le domaine de la science-fiction et du feel good book ce qui ne fait en soi pas très bon ménage dans ce cas précis.

Rien d'exceptionnel à mettre en avant dans cette lecture, dommage.

Aubervilliers (Léon Bonneff)

note: 4Sur la condition ouvrière : très intéressant Emilie - 23 juillet 2019

Aubervilliers narre la vie d'ouvriers désemparés à la fin du 19ème siècle où la révolution industrielle bat son plein dans le plus pur mépris des travailleurs : couturiers, cordonniers, parfumeurs, equarisseurs, chiffonniers... Tout est noir, crasseux, sordide : le lecteur ne veut pour rien au monde vivre ce que ces multiples protagonistes endurent chaque jour de l'année avec au mieux une journée de repos par semaine. Des existences basées sur la survie et le travail avant tout : pas de place pour les loisirs ou le repos. Et le soir, les bistrots se remplissent et toutes les paies y sont dépensées pendant que les femmes s'occupent de leurs progénitures. Aucune perspective positive à l'horizon pour ces refoulés de la société capitaliste.

L'écriture est très journalistique et il ne faut s'attendre à s'attacher à tel ou tel personnage car finalement ici tous ont leur importance, le but étant a priori de ratisser large en nous montrant l'éventail de la condition ouvrière sur une époque pas si lointaine. Ici, le lecteur est invité à s'imprégner de la crasse et de la misère sans se soucier de son attachement à une personne ou situation en particulier.

Une belle découverte que cet auteur malheureusement trop méconnu et qui mériterait d'être mis en avant notamment au niveau éducatif par son originalité, sa sincérité et sa pertinence.

Son autre mort (Elsa Marpeau)

note: 4SON AUTRE MORT Agnès - 20 juillet 2019

J'ai découvert cet auteur Elsa Marpeau, pas déçue. Elsa Marpeau a une belle sensibilité pour proposer d’intéressants questionnements sur certains excès d’une société malade, sans oublier le coté romanesque.

La vie secrète des écrivains (Guillaume Musso)

note: 5LA VIE SECRETE DES ECRIVAINS Agnès - 20 juillet 2019

J'ai dévoré ce roman 3 jours ! Ce livre se lit bien, l'intrigue est intéressante, on a envie de savoir ce qui va se passer... Et du coup on a du mal à lâcher le livre. C'est le style "Musso" que j'aime, pas d'invraisemblance, des rebondissements, des mystères à résoudre... Un très bon roman !

Tartes aux pommes et fin du monde (Guillaume Siaudeau)

note: 1Lecture décevante Emilie - 19 juillet 2019

Le narrateur se remémore son enfance, la perte de Bobby son premier chien, la violence de son père et la complicité avec sa soeur. Il est maintenant adulte et tente après l'armée un certain nombre de petits jobs dont celui sur le port où il décharge des palettes d'aliments pour animaux avec son collègue devenu ami Arny. Puis au supermarché du coin il rencontre Alice et c'est le coup de coeur, réciproque.

Décevant car je m'attendais à une lecture légère or il n'en fut rien, le narrateur se perdant dans ses travers et tombant en dépression. Tout était sombre voire parfois glauque. L'atmosphère était plombante comme une lecture en noir et blanc et le protagoniste pas attachant pour un sou.

Ce roman se lit très rapidement et sortira tout aussi rapidement de ma mémoire.

Là où les chiens aboient par la queue (Estelle-Sarah Bulle)

note: 5Grandiose ! Emilie - 17 juillet 2019

Une pépite : absolument magnifique ! Gros coup de coeur !
Eulalie, fille de Petit-frere s'est mis en-tête de remettre de l'ordre dans la mémoire familiale et notamment dans la vie de ses aïeuls en Guadeloupe avant leur irrémédiable arrivée en métropole. Pour ce faire elle glane ses témoignages auprès de ses tantes Antoine et Lucinde mais également auprès de son père. Antoine, femme forte et déterminée avec un caractère fort quitte très tôt Morne-Galant pour Pointe à Pitre et y monte très vite son commerce. Elle est le personnage le plus attachant de cette saga de part ses expériences et son ressenti de la Guadeloupe des années 50-60. Lucinde est différente de sa soeur, elle vise haut et fréquente le gratin. Petit-frere fait sa vie, devient vite autonome.
Delicieuse plongée en Guadeloupe que ce roman grâce à l'écriture virtuose d'Estelle-Sarah Bulle. Ce livre est addictif, les personnages sont comme vivants et réels tant ils semblent proches du lecteur, comme avides de lui raconter leurs fragments de vies. J'en redemande dès maintenant à l'auteure !!

Plus haut que la mer (Francesca Melandri)

note: 3Plongée dans l'Italie Emilie - 17 juillet 2019

Nous sommes en Italie en 1979, période minée par les tensions, les attentats et les clivages. Paolo a un fils emprisonné car ayant commis des meurtres au nom de ses idéaux politiques. le mari de Luisa quant à lui est un homme violent ayant commis deux meurtres dont celui d'un gardien de prison. Paolo et Luisa ne se connaissent pas et se retrouvent à voyager ensemble jusqu'à cette île prison en haute mer où leurs proches sont détenus. Une tempête s'annonçant peu après leur arrivée sur l'île ils ne pourront rebrousser chemin et c'est ainsi qu'ils feront connaissance et se lieront pour la vie. Nitti un des gardiens de la prison est également un personnage phare de ce roman qui nouera de forts liens avec Paolo et Luisa.
L'écriture est très fine et malgré la dureté de l'histoire narrée il en subsiste de la légèreté et de l'émotion positive. L'espoir d'une vie changée à jamais pour ces trois personnages est parfaitement relaté et donc ressenti par le lecteur.
Ce livre se lit facilement en quelques heures mais m'a semblé trop court pour que je m'y attache réellement. Il manque de profondeur et aurait gagné à être plus détaillé et donc un peu plus long afin que le lecteur puisse réellement plonger dans l'atmosphère de l'Italie de l'époque.

Les mille talents d'Euridice Gusmao (Martha Batalha)

note: 4Original et coloré ! Emilie - 17 juillet 2019

Euridice Gusmao, jeune femme brésilienne vivant à Rio pendant les années 50 rêve de s'échapper intellectuellement du carcan familial et de son mari grossier personnage s'il en est. Alors elle accumule les projets : la couture, l'écriture... mais est bien souvent entravée par son mari encore et toujours. Cependant malgré les défaites Euridice est une femme forte et déterminée et rien ne pourra l'empêcher de s'émanciper. Elle pense souvent à sa soeur Guida ayant fugué quelques années auparavant et dont elle n'a aucune nouvelle.
L'écriture de ce roman est lumineuse et agréable à lire. Cette lecture est une parenthèse enchantée dans un pays et une ville méconnues. de plus l'originalité de cette pépite m'a vraiment séduite et que dire de cette couverture colorée et à l'image du contenu...
Un véritable coup de coeur pour ce premier roman donc je suivrais avec plaisir les futures publications de l'auteure.

Fief (David Lopez)

note: 3Pas à la hauteur de sa réputation Emilie - 17 juillet 2019

Jonas et sa bande trainent, s'ennuient, squattent de ci de là, draguent, font pousser de l'herbe et puis ils recommencent plus ou moins dans cet ordre. Ils vivent dans un coin paumé coincé entre la ville et la banlieue et se laissent porter par la vie : adviendra ce qui adviendra dans une société qui rejette ces individus ou en tout cas les met à l'écart par la force des choses. Ils se cherchent, ne se trouvent pas souvent. Toutefois Jonas s'accroche à sa passion la boxe même si on sent qu'il s'y accroche plus comme à un passe-temps que par réelle envie ou vocation.

L'écriture n'est pas facilement accessible mais reste abordable si le lecteur s'accroche. C'est un mélange de langue française, d'argot, de verlan : la langue actuelle qui ne cessera de se transformer. Soyons clairs, il ne se passe pas grand-chose dans ce roman mais j'imagine que l'auteur voulait en quelque sorte nous faire ressentir l'ennui des vies de Jonas et ses amis qui s'étirent à n'en plus finir sans que jamais rien d'exceptionnel ne se passe.

Je suis ravie d'avoir lu ce livre. Toutefois je ne suis pas en accord avec les critiques dithyrambiques de la presse en général : cette lecture était plaisante mais sûrement pas passionnante ou radicale.

Mon amie Adèle (Sarah Pinborough)

note: 5Mon amie Adèle Claire - 26 juin 2019

Dès la couverture on est intrigué, comme par un jeu de miroir inversé.
Adèle aime David, David aime Louise, Louise aime Adèle. Quel rôle joue Rob ?
Je suis restée scotchée à l'histoire et à sa fin
A lire absolument !


Rechercher un document

Ressources numeriques
Partager "Bouton ressources numériques" sur facebookPartager "Bouton ressources numériques" sur twitterLien permanent

Calendrier
« mai 2020 »
Calendrier en jours du mois
lunmarmerjeuvensamdim
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Suivez-nous sur :

Partager "Réseaux sociaux v2 " sur facebookPartager "Réseaux sociaux v2 " sur twitterLien permanent